jeudi 16 août 2012

L'ABANDON

lundi 16 avril 2012


  La douleur et les contractures devant les jambes ayant diminué, je décide de reprendre le voyage, ne voulant pas m'incruster plus longtemps chez mon hôte. J'allège mon sac de 2 kg d'affaires inutiles ou qui ne me seront nécessaires qu'en Espagne, ces dernières devant m'être expédiées plus tard par Gérard à Sauveterre-de-Béarn.

  Hélas, deux heures plus tard, il faut se rendre à l'évidence, je n'ai fait que 6 km et mon mal aux jambes est revenu graduellement après 2 km ; le repos total s'impose.

 La mort dans l'âme, je reviens péniblement à Argenton et prends un billet de train pour rentrer chez moi le lendemain. Aux deux journalistes du Monde j'envoie ces messages : "double tendinite depuis 6 jours - fin du voyage - désolé", puis dans le train "impression d'échec, d'inaccompli, de trahison du corps". En retour, je reçois des encouragements à reprendre le chemin après le repos nécessaire. Ca me met du baume au coeur.

  Le retour est amer mais suffisamment long pour laisser place à la réflexion. A peine parti, je constate avec ironie que le train accomplit en une demi-heure la totalité du parcours de mes deux dernières étapes.
Eloge de la vitesse.

  En très bonne santé, résistant à l'effort, plutôt volontaire et sportif, comment ai-je pu en arriver là (et seulement là : 280 km)? D'analyse en analyse de mes étapes, j'en arrive à cette liste de petites erreurs passant inaperçues lors d'un entraînement de week-end mais prenant une toute autre dimension dans un voyage au long cours sans jour de repos :
             - sac trop lourd (20 % de mon poids)
             - marche à un rythme trop élevé passé à 5,5 km/h en une semaine sans endurance acquise
             - forcer contre le vent pour maintenir la cadence
             - ne pas suffisamment manger à midi et mal (perdu 3 kg en dix jours)

  Avant d'atteindre Marseille, j'avais décidé de repartir après 15 jours de repos, reprenant le chemin là où je l'avais laissé, et prenant en compte l'enseignement tiré de mes déboires.

  L'avenir me montrera que c'était la bonne recette. En attendant, positivons : 280 km sont faits.




3 commentaires:

  1. bonjour
    J'ai été victime des même problèmes. en conclusion votre analyse est parfaite.
    Si je suis sur votre site c'est que je m’apprête à
    faire le même itinéraire en juin 2013.
    Je continue votre lecture
    les photos sont d'une très grande qualité

    JF P 0478254617

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour votre appréciation des photos. Ce blog est d'ailleurs né de l'envie de les faire partager. Je vais me lancer dans un montage vidéo de tout ça. J'espère aussi que la partie conseil vous sera utile. Si vous voulez échanger d'avantage avant ou après votre chemin, ce sera avec plaisir. Le vôtre se fera par forte chaleur et en présence de plus de monde que le mien. Buen Camino !

      Supprimer
  2. Actuellement en préparation pour un départ prévu en mars 2015 de Liège (Belgique), je suis vos pérégrinations avec délectation!
    Voilà bien une de mes craintes: abandon pour raison impérieuse ou médicale!
    De par mon expérience et les conseils glanés ci et là, vous confirmez les erreurs dont on m'a déjà averti et que je m'impose d'éviter:
    - mon sac ne fait que 7,5kg (hors eau et vivres), avec tente et couchage.
    - ma cadence est de 4 km/h grand max!
    - S'imposer son propre rythme sans se fixer "d'objectif de fin d'étape", et sans vouloir suivre d'autres pélerins (plus rapides ou plus lents!)
    - ne jamais forcer et ralentir si nécessaire en fonction du relief et de la météo.
    - Alimentation et hydratation!

    Merci pour votre récit..

    RépondreSupprimer